And the winner is...

Publié le par artsunchained

Vincent-Kohler-Galerie-LH-Artsunchained.jpg

Ce mois-ci, bien loin du festival de Cannes et caché à mille lieux de la Biennale de Venise, c'est à cet hibou présenté pour l'exposition personnelle du suisse Vincent Kohler qu'est décerné la palme (voir photo. ci-dessus) !... Plus qu'une dizaine de jours pour visiter son exposition "Don't look back", qui se poursuit à la galerie parisienne LH, jusqu'au 27 mai.
Dans le désormais fameux ouvrage sur l'art moderne et contemporain du 20e siècle, publié sous la direction de Serge Lemoine*, Cécile Godefroy, doctorante en histoire de l'art et élève de Lemoine, a consacré un chapitre entier aux corps étrangers. L'auteur revient sur cette période où l'art est marqué par la révolution identitaire à la fin du siècle, se référant notamment aux artistes Annette Messager, Matthew Barney et Katharina Fritsch.
Jadis dans certaines galeries du quartier latin, les parisiens se plaisaient à découvrir des œuvres hétéroclites n'ayant parfois aucun point commun les unes aux autres dans l'accrochage, laissant à notre rétine, et c'est le moins que l'on puisse dire... l'embarras du choix ! Tout aussi embarrassant, dans ce cas précis,
le public est mené à scruter un dispositif post-moderne jouant sur l'étrangeté du corps du lieu à proprement dit. "Étrangeté, vous avez dit étrangeté ?".
Ici, se trouve un petit panel de travaux minutieusement agencés : des gravures sur bois, une huile sur toile abstraite (Cumulus, 2007) - singulière mais très peu éclairée, une sculpture en forme de "smiley"** faite à base de polystyrène, inclinée contre le mur.
Situé au centre de la galerie, le tronc d'un arbre sculpté est animé d'une bande électrique contenant un texte énigmatique. Cette installation fait le vase communiquant comme un jeu entre les œuvres et le spectateur. L'exposition laisse à s'imaginer la nuit tomber dans une forêt. Et la pièce incontournable revient surtout à cet hibou, qui nous observe au loin. Cette pièce est une étrange sculpture qui s'anime à partir d'un moteur, hochant la tête de part et d'autre de la salle. L'Hibou de cette expo. réveille en moi la réplique d'un critique d'art, qui pour ne pas le nommer, se définissait récemment comme "une espèce en voie de disparition". Judicaël Lavrador, l'auteur de cette exposition, évoque l'accrochage tel un "roman gothique".

"Don't look back"
Exposition du 14 avril au 27 mai 2007
Vincent Kohler
Commissaire : Judicaël Lavrador
Galerie LH
6, rue Saint Claude
75003 Paris
Tél : 01 42 74 13 55
www.galerielh.com

* "L'art moderne et contemporain au 20e siècle." Sous la direction de Serge Lemoine aux éditions Larousse, Paris, 2006. Le chapitre intitulé Corps étrangers (1980 à 2000) est écrit par Cécile Godefroy, doctorante en histoire de l'art sur l'œuvre de Sonia Delaunay et enseignante de l'histoire de l'art contemporain à l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle et à Boston University - Paris.

** Les Smiley sont ces petits badges jaunes qui sont marqués par un trait naïf en forme de sourires.

Image : Courtesy Galerie LH, Hibou, 2006 Polystyrène, résine, moteur, electronique 195x55x40cm

Publié dans article expo.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
a quand l'expo des félicités vue par un comissaire?je n'en ai dis que trois mots rappides pour te laisser le sujet libre
Répondre
J
tu as été assez discret quand à ton activité de blogger, néanmoins il ne m'aura fallu que peu chercher pour buter sur tes pages, je reviendrais.
Répondre